Sono qui per l'amore

MPG, Le Temps Sortir, 24.04.2008

Visiblement, pour Massimo Furlan, l'enfance est peuplée de démons à abattre. A commencer par ces parents qui ont baissé les bras et ne croient plus dans le bel amour. Plongeant dans l'univers du conte, avec force princes, princesses et dragon, le metteur en scène-plasticien lausannois propose une création à l'univers oppressant où les héritiers couronnés doivent résister aux assauts de petits être hydrocéphales et de démons rampants. Plus que cela, il poursuit son exploration d'un théâtre qui procède par tableaux d'exposition. Oui, des images arrêtées, avec autour des comédiens muets et immobiles fixant le public, un univers visuel et sonore qui enfle et charge le plateau d'une redoutable intensité. Un théâtre souvent sans parole, plein d'histoires nées de notre imaginaire collectif.

Les autres articles de presse: